Les sports basques sont les emblèmes de la culture et de l’identité même du Pays Basque. Ils sont indissociables à l’univers culturel basque. Ces sports sont bien sûr multiples et sont pratiqués depuis la nuit des temps dans les 4 coins du pays. Il s’agit donc de jeux traditionnels dont les succès ne sont plus à démontrer.

La force Basque

La Force Basque, Herri kirolak en basque, est un sport traditionnel issu des travaux quotidiens de
la ferme. Les villages s’affrontaient lors d’une succession d’épreuves.

SOKA TIRA

soka tira

Le tir à la corde. Discipline la plus populaire de la force basque, cette épreuve par équipe réunit huit hommes par cordée. Outre les qualités de force et de puissance requises, le Soka tira est une épreuve très technique qui nécessite un entraînement spécifique. Pour vaincre, chaque équipe doit tirer l’équipe adversaire sur 4 mètres. L’épreuve se déroule en deux manches gagnantes.

LASTO BOTATZEA

lancer ballot

Le lancer de bottes de paille. Ce jeu consiste à faire passer à l’aide d’une fourche, une botte de foin par dessus une barre horizontale placée à plusieurs mètres en hauteur. La botte de foin pèse en moyenne entre 12 et 13 kg. A l’instar des épreuves de  saut à la perche, le vainqueur est celui qui lance la botte de foin à le plus grande hauteur de barre sans la faire tomber.

LASTO ALTXARI

lever ballot

Le lever de ballot de paille. A l’aide d’une poulie, chaque concurrent doit hisser une botte de paille de 45kg à une hauteur de 8 mètres. Épreuve spectaculaire et très physique, le concurrent doit répéter le mouvement et atteindre la maximum de fois cette hauteur en deux minutes.

AIZKOLARITZA

coupe

La coupe de tronc. La compétition entre aizkolaris n’est pas une épreuve de vitesse mais d’endurance. L’épreuve se termine lorsque l’aizkolari scinde le tronc en deux, Elle dure rarement moins de 30 minutes et elle peut se prolonger parfois pendant plus d’une heure. Le règlement de la compétition, qui date du début du XXe siècle, établit l’obligation d’utiliser des troncs de hêtre de 36 à 54 pouces de circonférence.

ARPANARIAK

scieurs

Les scieurs de long. Issus des travaux de la forêt, cette épreuve se joue par équipe de deux. À l’aide d’une scie passe-partout, chaque équipe doit débiter en 2 minutes, le maximum de rondelles sur un tronc de 60 à 75 cm de diamètre fixé sur un chevalet.

HARRI ALTXATZEA

lever pierre

Le lever de pierre. Sport particulièrement spectaculaire, l’athlète doit utiliser sa force propre pour lever et hisser à son épaule des pierres de forme cubiques ou rondes. Les pierres sont de différents poids et peuvent atteindre 250 à 300 kg pour les meilleurs.

ZAKU LASTERKA

sprint

Le sprint avec un sac sur l’épaule. Épreuve de vitesse chronométrée, cette course se dispute en relais par équipe de trois. Chaque coéquipier doit parcourir une certaine distance avec un sac de maïs de 80kg sur le dos. Cette épreuve se pratique aussi en individuelle et en ligne.

INGUDE ALTXATZEA

enclume

Le lever d’enclume. Chaque compétiteur doit lever un maximum de fois en 1 minute 30, une enclume de 16kg d’une base à une hauteur déterminée et fixe.

La pelote Basque

Voilà un sport traditionnel auquel les basques ont donné leur nom et qu’ils ont su faire évoluer pour en faire un véritable sport national ! La pelote basque se pratique généralement sur un fronton ou un trinquet présent dans chaque village, à proximité de l’église. La pelote basque est issue du jeu de paume qui était très populaire au XVIème siècle. Alors que cette pratique se perd au cours du XVIIème siècle en France, elle persiste au Pays Basque et va, au fil du temps, se décliner en de nombreuses spécialités.

La main nue

main nue

La plus ancienne des spécialités. La pelote est frappée directement par la main, légèrement protégée car la pelote est très dure. Celle-ci est recouverte de cuir et pèse environ 95 grammes. C’est la spécialité la plus noble selon les puristes. Jouée en mur à gauche par des professionnels en Pays Basque Espagnol où, les parties font l’objet de paris tout à fait légaux.

La cesta punta

cesta punta

La plus rapide au monde. Elle se joue avec un grand chistera. C’est le sport de balle le plus rapide au monde (record : 306 km/h). Elle se joue dans de grands murs à gauche couverts, les jai alai.

Le joko garbi

joko garbi

Littéralement le jeu propre. On y joue avec un gant, aussi bien en extérieur, en fronton, qu’en mur à gauche couvert, de 36 mètres.

La paleta cuir

paleta cuir

Une des plus spectaculaire. Le jeu est très rapide, on utilise une raquette (paleta) en bois de 600 grammes. La pelote recouverte de cuir et pèse environ 53 grammes.

La paleta gomme

paleta gomme

La pelote de gomme la plus légère. La pelote de gomme est plus légère, 40 grammes. La raquette en bois pèse 400 grammes, elle permet de faire une grande variété d’effets.

Le xare

xare

La spécialité internationale. Nommé également raquette argentine, c’est une sorte d’arceau de bois courbé avec du fil stressé en forme de toile d’araignée qui permet de renvoyer la balle rapidement.

Le rugby

rugby

Culturellement et sportivement, le département des Pyrénées Atlantiques est un des fiefs du rugby français. Une passion pour le ballon ovale découverte en 1887 au hasard d’une partie organisée par des Anglais à Biarritz. Depuis la fin du XIXème siècle, ce sport s’y est enraciné durablement et les rugbymen Basques ont acquis la réputation de joueurs vaillants doublés d’excellents chanteurs à l’heure des troisièmes mi-temps.

Le surf

Berceau du surf en Europe, la Côte basque a accueilli fin des années 60 et reçoit toujours aujourd’hui, les plus grands surfeurs du monde !
C’est à Biarritz que tout a commencé, en Juin 1956, Peter Viertel en tournage à Biarritz pour le film « Le Soleil se lève aussi » débarque avec ses planches sur la plage de la Côte des Basques, où personne n’a jamais vu quelqu’un debout sur une vague ! Ainsi Biarritz devient la capitale européenne du surf.  La configuration de la Côte basque fait que quelle que soit la direction du vent, la taille de la houle, la marée, il est quasiment toujours possible de trouver un spot pour une session. De la baie d’Hendaye qui est idéale pour débuter, à des spots de gros comme , Parlementia ou Avalanche réservés aux experts, en passant par les plages d’Anglet ou de Biarritz, la Côte Basque et ses 30kms de littoral concentre des spots pour tous les niveaux avec les meilleurs vagues du monde.
Au Pays Basque c’est aussi l’industrie du surf qui s’est développé avec de grandes marques comme Quiksilver, Volcom, Oakley mais aussi des artisan shaper comme Barland, Stark. C’est une filière très dynamique au Pays basque, qui développe et motive de nombreux nouveaux projets, business et événements.

surf

La trainière

trainiere

Les régates de traînière sont un autre des sports basques liés au travail quotidien. Dans ce cas la pêche côtière qui, avant l’avènement des bateaux à vapeur, était réalisée dans des embarcations propulsées à l’aviron (rames). L’équipage retournant le premier au port savait qu’il pouvait vendre le produit de sa pêche à un meilleur prix, la compétition entre embarcations s’avérait donc inévitable. Depuis les embarcations se sont modifiées et stylisées pour participer à des régates de vitesse, tout en conservant leurs 12 mètres de long, qui était la taille des embarcations traditionnelles dédiées à la pêche en mer.

La tauromachie

Mélange savant de culture, de tradition, de passion, d’art et de sport, la tauromachie fait partie de l’histoire et du patrimoine du Pays Basque. Bayonne, plus ancienne ville taurine de France, compte bon nombre d’aficionados qui, la temporada venue, vibrent sur les gradins des arènes Marcel Dangou de Bayonne. Les plus célèbres matadors foulent régulièrement le ruedo bayonnais afin d’y combattre des toros issus d’élevages de renom. Les jours de corrida, avant le paseo, l’ambiance espagnole envahit la ville et la foule des grands jours se promène dans les rues. Toutes les générations s’y rencontrent. Les restaurants et les cafés se mettent à l’heure espagnole et l’ambiance hispanique est omniprésente.

tauromachie

L'encierro

encierro

Autrefois, lorsque les toros de corridas rejoignaient les arènes escortés par des vachers et des bœufs, les jeunes de la ville allaient alors les défier. De là est née une tradition unique au Pays Basque. De nos jours, ce sport consiste à courir au plus près des toros qui sont lâchés le long des parcours balisés menant aux arènes.  Les saisons dédiées aux encierros ont lieu chaque année dans plusieurs régions du Pays Basque. Elles s’accompagnent de fêtes, de musiques et de chants. Mais il arrive souvent que les encierros fassent de nombreux blessés. C’est un spectacle à éviter pour les plus sensibles.